Avis sur les bénévoles

Marie & Kevin, Belgique

Ryan, États-Unis

Bénévole de l'orphelinat  

 

Mon séjour à Arusha était très confortable. L'auberge était charmante et avait tout ce dont j'avais besoin en ce qui concerne la nourriture, la literie, les douches et l'eau propre. Les magasins locaux étaient super, offrant de la nourriture locale mais aussi ayant un dépanneur avec des options similaires à ce que j'aurais à la maison. Le point culminant de mon expérience de bénévolat a été les relations que j'ai développées avec les enfants et le personnel et à quel point nous sommes devenus proches. Le point culminant de mon expérience en dehors du volontariat a été de partir en week-end comme des safaris. Le seul conseil que j'ai est de ne pas avoir d'attentes définies. Gardez un esprit ouvert et flexible et soyez prêt à tout. La culture là-bas va beaucoup avec le courant, donc si vous pouvez le faire, je pense que vous serez capable de gérer tout ce qui se passe.

Susan, Royaume-Uni

Bénévole pour l'autonomisation des femmes

 

Je sais que mon séjour au refuge pour femmes aurait été beaucoup plus difficile sans le soutien de Pearl – j'ai souvent eu besoin de parler à quelqu'un pour obtenir des conseils sur des situations qui se présentaient. C'était aussi formidable d'avoir les autres bénévoles du foyer avec qui parler des problèmes, même si leurs stages n'étaient pas au foyer pour femmes. Dans l'ensemble, j'ai adoré mon séjour au refuge pour femmes et je sens que je m'y suis très bien installée après quelques semaines. Je suis entré en sachant que je ne pouvais pas aider ou apprendre à connaître tout le monde là-bas, donc j'étais heureux de toute petite aide que je pouvais donner. Je crois vraiment que mon séjour au refuge pour femmes aidera à façonner les prochaines étapes de ma vie, j'avais l'impression de m'épanouir là-bas et j'ai trouvé un travail que j'aimais vraiment faire.

Nikita, Belgique

Bénévole pour l'autonomisation des femmes

J'ai adoré mon séjour à l'auberge. Les gens étaient tellement adorables, l'ambiance était tellement géniale. J'ai aussi adoré le fait qu'Emmanuel et Pearl soient tellement impliqués dans tout (la dynamique dans l'auberge, les préoccupations concernant le volontariat,…) et que nous puissions leur dire n'importe quoi. Ils nous ont fait sentir très à l'aise. J'ai vécu de très beaux moments dans le refuge pour femmes, mais ce qui a été le moment le plus mémorable pour moi a été l'adieu. Je me souviens m'être réveillée le vendredi 26 juillet en sachant que ce serait mon dernier jour au refuge pour femmes. Je sais que je me sentais très coupable d'avoir quitté les filles si tôt après qu'elles m'aient ouvert leur cœur et je sentais que je voulais faire tellement plus et que j'avais besoin de plus de temps.

Claire, France

Bénévole de l'orphelinat

Il est difficile de choisir un moment fort, car cette expérience que j'ai vécue est faite de tant de petits et de grands moments forts. Ça peut être des rires, des moments partagés, des émotions, de la gratitude, des apprentissages, des conversations… Mais si je devais en choisir un, ce serait ma dernière matinée à l'orphelinat, c'était un vendredi. Quand je suis arrivé là-bas, je n'étais pas dans la même humeur que les autres jours. Chaque jour avant, j'étais déterminé à faire ce pour quoi je venais ici, c'est-à-dire apporter le plus possible aux enfants. Je préparais les cours le soir, puis je les leur donnais le lendemain. Mais alors que j'étais sur le chemin de l'orphelinat le dernier jour, j'avais beaucoup de choses à faire dans ma tête et j'avais déjà un épaississement de la gorge. Ce matin-là, j'ai réalisé quelque chose, quelque chose de grand, que je n'avais pas réalisé avant, parce que je faisais tout ce que je pouvais pour apporter aux enfants le peu de connaissances, les quelques méthodes et outils pédagogiques. J'étais dans l'action. Mais ce dernier jour, j'étais dans l'émotion et la réflexion. Quand les enfants jouaient dehors, je les ai juste regardés et j'ai essayé de ne pas pleurer. Ils étaient juste là, à rire, à jouer. Le n'avait rien, mais où si plein de vie et de bonheur. Quand il était temps pour moi et Elsa de nous dire au revoir, j'avais tellement d'émotions qui me traversaient que je ne peux même pas toutes les décrire. Les enfants nous ont embrassés. Les enfants de la classe bébé n'ont pas compris qu'on ne reviendrait pas, ils nous ont juste fait signe en criant « au revoir professeur » comme tous les jours. Mais pour les plus anciens, ce n'était pas pareil. Mon cœur s'est brisé quand ils m'ont embrassé. J'ai vu dans leurs yeux qu'ils comprenaient ce qui se passait. Puis vint le moment de dire au revoir aux professeurs. Ils ont dit qu'ils allaient nous manquer, qu'ils appréciaient notre présence. L'une d'elles m'a emmenée à l'écart et m'a dit qu'elle était reconnaissante, car selon elle, je réussis ce que je suis venu faire ici. Elle a également dit qu'elle avait vu avec combien de bonne volonté et de gentillesse je l'avais vécue. Je n'aurais pas pu vouloir ici d'autres mots à ce moment-là. Toute mon expérience s'est déroulée dans ma tête. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé que toutes les personnes que j'ai rencontrées là-bas, même les enfants, peut-être plus que quiconque, m'ont donné tellement plus que je ne leur ai donné. Quand je dis cela, j'ai aussi une grande pensée pour les personnes que j'ai rencontrées au refuge pour femmes. Je ne suis plus la même personne maintenant, en écrivant ceci, qu'avant. J'ai grandi, j'ai changé. Je ne dis pas que je suis une meilleure personne, je ne le sais pas. Mais ce que je sais, c'est que je me sens tellement mieux maintenant. Je ne suis plus stressé, anxieux ou ennuyé par de petites choses. Je ne vois plus les choses comme avant. J'ai appris à apprécier les moments les plus simples. Je vois et trouve de la joie dans les choses quotidiennes. Je ferai de mon mieux pour ne pas oublier ce que j'ai appris et qui je suis grâce à ces
personnes.

Alana, Belgique

Zorica, Pays-Bas

Claire, France